Le bingo autorisé dans les salles de casino

Le jeu de bingo en ligne a le vent en poupe en France et en Europe. Au vu de l’engouement des Français pour ce jeu sur les réseaux sociaux et dans les salles de jeu, l’avenir du bingo semble déjà tout tracé.

Pendant que les débats sur l’avenir légal du casino vont bon train en France et dans certains pays d’Europe, le bingo pourrait également faire partie des enjeux commerciaux que les autorités examinent de près concernant le marché du jeu sur internet en France. En effet, les élus débattront bientôt sur un texte de loi qui vise à distinguer les jeux de logique des jeux de hasard. Alors que le marché des jeux sur internet est déjà propice à recevoir le bingo parmi les jeux d’argent en ligne.

Depuis 2010, les seuls jeux sur internet où les paris sont autorisés sont en effet uniquement les paris sportifs et le poker. Ceci étant, si l’on considère que le jeu de bingo fait partie intégrante de la culture française depuis le dernier tiers du dix-huitième siècle, la légalisation des paris de ce jeu sur internet devrait, en toute logique, se faire sans anicroche. C’est en effet depuis cette époque que le bingo est pratiqué dans notre chère France et depuis sa popularité va toujours croissant. Néanmoins il y a des raisons d’espérer puisque le Ministre de l’Intérieur Manuel Valls a autorisé 3 casinos à lancer les lotos bingos dans leurs établissements. L’expérience doit durer 6 mois.

Le taux de popularité du jeu de bingo sur internet a surtout été soutenu par le développement des technologies. Non seulement la dématérialisation a permis de tout faire à l’aide d’un ordinateur, mais l’explosion des appareils mobiles a permis l’expansion de tels jeux. En effet, il est désormais possible de jouer à des jeux en ligne grâce à une tablette ou encore un smartphone. Bien sûr, l’accès facilité à internet a permis ce développement des jeux en ligne sur PC ou appareils mobiles, car il est évident qu’il n’aurait pas été possible de mettre tout cela en place il y a cinquante ans.

Publier un commentaire sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *